Aller au contenu principal

La petite reine à l'assaut de la grande couronne : croissance et opportunités

La petite reine à l'assaut de la grande couronne : croissance et opportunités

Aujourd'hui, le potentiel de croissance de l'industrie du vélo en Île-de-France est bien réel. L'engouement pour la petite reine s'explique notamment par le fait que les problèmes environnementaux font désormais partie des trois principales inquiétudes des Français. Sur ce marché, l'intervention régionale est forte, en témoignent le grand nombre d'investissements et de politiques publiques visant à promouvoir la pratique du vélo dans la région. Cependant, les acteurs privés en B2B et en B2C ne sont pas en reste et s'impliquent activement dans la filière.

Une prise de conscience écologique en Île-de-France

Un virage s'amorce doucement depuis plusieurs années en Île-de-France : de plus en plus de Parisiens et d'habitants d'Île-de-France sont inquiets de l'impact des transports sur l'environnement et choisissent le vélo pour leurs déplacements. Ces préoccupations écologiques se sont renforcées ces deux dernières années et font partie des sujets de tension majeurs pour les Français, comme le révèle la dernière édition de l'étude Ipsos Sopra-Steria menée pour Le Monde, la Fondation Jean-Jaurès et l'Institut Montaigne.

Très récemment, en quelques mois, la pratique du vélo en France, et en particulier en Île-de-France, a augmenté davantage que lors des années précédentes. Selon les chiffres publiés mercredi 2 septembre 2020 par le réseau de collectivités Vélo & Territoires en lien avec le ministère de la Transition écologique et solidaire, la fréquentation cyclable au cours des huit premiers mois de l'année a bondi d'environ 29 % en France par rapport à la même période en 2019. Cette analyse s'appuie sur un échantillon national de 182 compteurs représentatifs. À Paris, le nombre de passages enregistrés sur les pistes cyclables a ainsi grimpé de 67 % entre la fin du confinement (mi-mai) et fin août, par rapport à la même période en 2019.  

Selon Jean-Sébastien Catier, président de Paris en selle, « la dynamique existait avant [la pandémie] », et la fin des mesures de confinement n'a fait que l'« accélérer, avec en plus de nouvelles infrastructures, qui ont été un facteur déterminant » pour le développement de la pratique.

 

 

L'Île-de-France, chef de file du vélo

Dans le sillage de cette tendance, la Région Île-de-France a adopté un plan Vélo visant à encourager l'utilisation quotidienne de la petite reine, qui prévoit le développement d'infrastructures, de lieux de stationnement et de services destinés aux cyclistes. Le nombre de trajets effectués à vélo en Île-de-France ayant doublé au cours des 10 dernières années, les installations ont été adaptées afin de suivre le rythme.

Par exemple, le RER V, projet de réseau cyclable combinant plus de 650 kilomètres de pistes et neuf lignes en Île-de-France, a été soutenu par un budget de 300 millions euros. Grâce à ce projet, Paris sera accessible à vélo par tous les côtés. Les cinq premières lignes du RER V, de véritables autoroutes cyclables, devraient voir le jour d'ici 2024-2025, tandis que les premières sections devraient être accessibles à partir de 2022. Le travail sur les caractéristiques de ces grandes voies cyclables (aménagement des deux sens de circulation, largeur, type de revêtement, signalisation, etc.) devrait commencer l'année prochaine.

 

 

 

 

 

 

Le service public de location de vélo à assistance électrique Véligo Location a d'ailleurs été lancé le 11 septembre 2019 avec pour objectif de devenir le plus grand service de location longue durée de VAE dans le monde. Le but est d'inciter les habitants à opter pour le vélo pour leurs trajets domicile-travail. Récemment, l'installation d'espaces Véligo sécurisés en Île-de-France a également permis à ce mode de transport de s'établir durablement en complément du métro ou du train.

Alors que les vélos électriques loués via le service Véligo Location font désormais partie du paysage parisien, Île-de-France Mobilités, organisme réunissant tous les acteurs de mobilité de la région autour de l'organisation et du financement des transports publics pour tous les habitants, pense à présent à ceux qui préfèrent acheter. Ainsi, dans la cadre de sa politique de développement du vélo dans toute la région, Île-de-France Mobilités est en train de mettre en place une prime à l'achat pour plusieurs types de vélos. Depuis le 1er décembre 2019, Île-de-France Mobilités verse entre 500 et 600 € aux habitants qui achètent un vélo électrique.
 

 

Des acteurs privés au cœur de ce marché à fort potentiel

Si les consommateurs et la Région ont choisi de favoriser les déplacements propres, ils ne sont pas les seuls. En effet, les entreprises privées misent également sur ce segment et de plus en plus d'entreprises proposent à leurs employés des vélos de fonction. C'est le cas de Veolia, qui a l'intention de fournir à chacun de ses employés français un vélo de fonction. La société, qui emploie quelque 50 000 personnes en France, vient de signer un accord-cadre avec Zenride, pionnier de la location de vélos aux entreprises.

D'autres entreprises, comme Microsoft, Havas et Kaufman & Broad, ont également décidé de mettre des vélos de fonction à la disposition de leurs employés.

Ces derniers mois, de plus en plus de start-ups se sont positionnées sur le marché du vélo de fonction. Après Zenride, d'autres sociétés comme Tim Sports, Bee.cycle et Azfalte ont fait leur apparition. Elles opèrent toutes plus ou moins selon le même modèle : une location à l'employeur sur plusieurs années et une contribution de l'employé prélevée directement sur son salaire.

Toutefois, bien que le libre-service se soit particulièrement développé ces dernières années, la location continue d'exister grâce à l'émergence de sociétés proposant aux particuliers de louer un vélo au mois. Par exemple, l'entreprise néerlandaise Swapfiets propose actuellement un abonnement mensuel permettant de disposer d'un vélo à usage personnel.

De même, PURE ELECTRIC, chaîne de magasins spécialisée dans les trottinettes électriques et les vélos à assistance électrique, est entrée sur le marché français en ouvrant au troisième trimestre 2020 plusieurs boutiques en France, qui viennent s'ajouter à ses 15 établissements britanniques.

Pour les investisseurs étrangers, c'est le bon moment de profiter de cette dynamique positive et du potentiel de croissance qu'offre la région Île-de-France sur ce marché.

Pour en savoir plus sur les dernières actualités du segment de la micro-mobilité, rejoignez notre conférence sur le secteur le 19 mai à 9 h 30 pendant le sommet Autonomy de la mobilité urbaine : « Comment participer à la révolution de la micro-mobilité en Île-de-France ? ». 

 

 

Experts Choose Paris

Romain Erny

Aerospace & Mobility
Expert